La variation et les corpus : une entrée méthodologique avec l’exemple du style

Résumé

La variation et les corpus : une entrée méthodologique, avec l’exemple du style / Françoise Gadet, in colloque « Variation et variabilité dans les Sciences du langage : analyser, mesurer, contextualiser« , organisé par le Comité d’organisation des Journées d’Études Toulousaines (JETOU), en collaboration avec les laboratoires CLESS-ERSS, Octogone, dont le laboratoire Jacques Lordat, et le Centre Pluridisciplinaire de Sémiotique Textuelle, Université Toulouse II-Le Mirail, 16-17 mai 2013.

Les corpus sont aujourd’hui incontournables en sciences du langage, avec pour effet la production d’une masse potentiellement illimitée de données. Mais tout est-il bon pour « faire corpus » ? Habert avait plaisanté à ce sujet, avec l’heureuse formule « gros, c’est beau » (2000). Si une masse importante de données présente de l’intérêt pour certains objectifs, il en est d’autres qui exigent plutôt qualité et fiabilité (Cappeau & Gadet 2007), ce qui soulève la question des critères pour évaluer la qualité: qu’est ce que de « bonnes données » ? Nous défendrons ici l’idée que c’est en amont, lors de la constitution d’un corpus, que se joue son traitement, et non post hoc sur des données recueillies à l’aveugle : c’est parce qu’on se pose certaines questions que l’on adopte telle ou telle démarche méthodologique, ce qui plaide pour une diversification des modalités de recueil.

Date de réalisation : 17 Mai 2013
Durée du programme : 52 min
Classification : Sociolinguistique, ethnolinguistique